Compte-rendu de mon entretien en Mairie avec M. le Commissaire Enquêteur


L'Avenue de Rigny est située dans le périmètre du Plan de Prévention du Risque d'Inondation Préfectoral (PPRI). Une partie est en zone orange, une autre en zone bleue.

 

Le projet de PLU identifie l'ensemble de cette artère comme zone de densification privilégiée.

 

La Plaine de Jeux des Hauts de Bry, aujourd'hui dévolue aux activités de plein air des enfants et des adolescents de notre ville, doit être rasée pour faire place à un vaste complexe immobilier. Elle se situe dans le périmètre du Plan de Prévention du Risque de Mouvement de Terrain et est également identifiée comme zone à densifier.

 

Le projet de PLU fait état d'un développement du parc de logements limité à 110 unités par an. Or, les chantiers ouverts sur le territoire communal fin 2016 représentent 350 logements environ. Il y a donc une forte distorsion entre les chiffres annoncés et la réalité.

 

Le déficit de logements sociaux de la commune ne sera pas résorbé par les nouvelles constructions. Ces dernières répondent aux attentes du législateur et ne créent pas de nouveau déficit, mais elles ne permettront aucunement à la commune de résorber l'actuel déficit  et d'atteindre le seuil de 25% du parc total. Il est donc inexact de prétendre que ce PLU permettra de maîtriser la croissance de la population bryarde.

 

La concertation s'est faite sans qu'aucune réunion de quartier ne soit organisée pour présenter le projet à la population. A défaut, des balades et autres conversations bryardes ont été organisées. Une réunion aurait réuni 43 participants. Certaines associations ont été conviées, la mienne n'a pas été invitée à participer aux débats.

 

La pétition en ligne d'Un Nouvel Elan pour Bry, annexée au registre, a recueilli 323 signatures. Elle a aussi permis à de très nombreux Bryards de découvrir le projet de la Municipalité.

 

L'information au public et la concertation, quelles que soient les options retenues, doivent  être les plus larges possibles pour permettre aux habitants d'appréhender les enjeux d'un tel projet dans des conditions satisfaisantes.

 

Les Plans de Prévention Préfectoraux doivent faire l'objet d'un tout autre traitement que celui qui leur est réservé dans ce projet de PLU. Ils doivent être respectés au nom du principe de précaution.

 

C'est pourquoi je demande l'annulation du présent projet de PLU. Je le fais en ma qualité de Président d'Un Nouvel Elan pour Bry et au nom des 323 signataires de la pétition.

 

Fait à Bry-sur-Marne le 10 décembre 2016

 

Le Président d’Un Nouvel Elan pour Bry,

Thierry Brayard

Quatre-vingt un biens ont été repérés, photographiés et proposés par une association de Bry pour être classés au Plan Local d'Urbanisme.

 

Peut-être êtes-vous concernés sans le savoir car cela s'est fait à l'insu des Bryards,  sans qu'aucune information n'ait été donnée aux heureux propriétaires. Et aujourd'hui, le dossier est entre les mains du Commissaire Enquêteur du PLU.       

 

Pour mémoire, les conséquences d'un éventuel classement au PLU sont loin d'être marginales et peuvent être vécues, à juste titre, comme une contrainte lourde et une limitation du droit de propriété.

 

Aux bonnes intentions, il faut ajouter la bonne méthode. Agir dans le secret pour ensuite mettre les gens devant le fait accompli n'est pas acceptable. C'est d'autant plus désolant que la protection du patrimoine bâti de la commune est hautement souhaitable, mais avec l'adhésion de toutes les parties intéressées.

 

La démocratie moderne ne fonctionne pas comme cela. Sans présentation des enjeux, sans concertation préalable et sans accord des propriétaires, rien ne peut se faire. Le temps où on expliquait aux gens qu'ils n'avaient pas leur mot à dire est révolu depuis longtemps et c'est heureux.